Mauvaise baleine

le 24 mars 2022 à 19 h 30

Mauvaise baleine

Mauvaise baleine a le muscle musical qu’il faut pour répondre aux coups portés par l’actualité de notre milieu, comme le carnage à la Laurentian University, le déclin du français au Canada et les injustices sociales dont l’actualité abonde. C’est une équipe all-stars du nord de l’Ontario : Christian Berthiaume (Konflit), Cindy Doire (Scarlett Jane), Simon Jutras (Mclean) et Antoine Tremblay Beaulieu (Varge). C’est loud, c’est lourd et ça détonne près de vous.

 

En achetant des billets pour les deux évènements de la Nuit émergente, Mauvaise baleine et la Nuit émergente avec P’tit Belliveau, vous profitez automatiquement d’un rabais de 25%!

Antoine Tremblay-Beaulieu

Solide début

En l’an 2000, Antoine se démarque comme le lauréat du concours Ontario Pop dans la catégorie auteur-compositeur-interprète et atteint les demi-finales du Festival de la chanson de Granby. En 2002, à l’âge de 19 ans, il lance son premier disque, « QUE LA FÊTE DÉBUTE ». Par la suite, il parcourt le réseau musical franco-ontarien, avec des sauts au Québec pour suivre des ateliers à l’École nationale de la chanson de Granby avec des membres de Beau Dommage et d’Harmonium. Il monte en scène à la Nuit sur l’étang, au Festival Boréal, au Centre national des arts et aux 4es Jeux de la francophonie à Ottawa.

Virage « noise »

De 2004 à 2007, Antoine trouve un puissant véhicule pour ses chansons angulaires et surprenantes avec le groupe VARGE. Ce trio voué à la déconstruction du rock acquiert très vite une solide réputation dans le milieu « indy post punk » anglophone, si bien qu’il brave les périls de trois tournées pancanadiennes. Le groupe se tape 20 représentations en 22 jours avec des déplacements de 12 heures entre les spectacles, tassé dans une fourgonnette à manger du thon et du miso tout en traversant les Rocheuses en pleine nuit. Les tapis douteux et autres lits de fortune partout au Canada ne lui sont pas étrangers.

Œuvre mûrie

Après la dissolution du groupe Varge, Antoine parachève de nouvelles compositions, puis lance en 2009 son deuxième album solo : « RIEN D’ÉTONNANT ». C’est du sérieux, une œuvre d’une facture brute qui sait s’en tenir à l’essentiel. Les arrangements sont charpentés par deux guitares sèches aux explorations éclectiques, tandis que les paroles ne pêchent pas par insignifiance, à coup de réflexions sur la communication, les attitudes piégées à déjouer, les dérapages du langage et leur effet sur les interactions interpersonnelles.

Retour en finesse

En 2016, Antoine nous revient après un temps de silence qui affûte la conscience. Voyez, dit-il « LA COULEUR DE MON CŒUR ». Ce titre dit vrai : ce troisième opus solo est assurément un acte d’intimité artistique. Ses sonorités aux tranquillités ambiguës, aux accords hypnotiques et aux rythmes recherchés composent une ambiance quasi méditative qui frôle les secrets du for intérieur. Ses paroles décortiquent avec une désarmante sincérité le désir affirmé, les sentiments écorchés, le vécu assumé, les aléas de l’amour. La réflexion colorée d’émotion s’incarne dans l’âme du son et le grain de la voix. Frémissant de force et de fragilité, cet album est présent comme un être vivant.

antoinetremblaybeaulieu.bandcamp.com

Cindy Doire

Cette jeune artiste à la voix riche et unique, crée des mélodies oniriques et émouvantes qui vous charment tout en douceur. Son folk rock aux infexions de jazz roots évoque les anciens cabarets feutrés, les lumières tamisées et la nostalgie des confidences chuchotées. Dotée d’un charme naturel indéniable, Cindy réussit sur scène (et sur disque) à nous démontrer une confiance inébranlable en son oeuvre. Une artiste qui sait mettre ses efforts, son courage et sa détermination sans égal à profit. Elle fait illuminer ses enregistrements par tout ce qu’elle est : une personne sensible et vraie, doublée d’une artiste complète et autonome. Elle nous invite à nous éloigner de la banalité et à tendre l’oreille à sa trame sonore musicale intérieure.

Depuis son premier lancement, Cindy sillonne provinces et pays et sait aller chercher de vastes publics enjoués tout en demeurant elle-même en grâce, sincérité musicale et douceur. De Trenton à St- Hyacinthe, en faisant halte à Québec, en Nouvelle Écosse et à Terre Neuve, cette jeune dame de scène se fait connaitre de salle en salle, récoltant applaudissement et rappels. À l’international, on l’a vue en Suisse, en Angleterre, en France, en Italie, en Allemagne, en Belgique et en Amérique du Sud dans diverses salles de spectacles et cabarets.

Son premier opus, La Vie en Bleu a obtenu un succès critique enviable et lui a permis de remporter le prix Découverte au Gala des Prix Trille Or 2009. Son deuxième album lui a valu le Meilleur Album au Music Film and Moton Awards, le prix Chanson du Fond du Coeur (Ontario Council of Folk Festivals) ainsi que trois nominations au Gala des Prix Trille Or, 2011. En 2012, elle a lancé son 3e album Sticks and Mud. Cette même année, Cindy lance un quatrième album Stranger avec son nouveau projet Scarlet Jane ainsi qu’un second éponyme en 2015 avec le même projet. Ces deux projets anglophones lui ont remporté plusieurs prix et nominations (Meilleur album, Music Film and Motion, Best vocal group – Canadian Folk Music Awards, etc).

Cindy lancera son troisième album francophone à la fin du mois de septembre 2017. Intitulé Cindy Doire présente Panorama, l’album est réalisé par Mark Howard (Tom Waits, Neil Young, Emmylou Harris).

cindydoire.com/

McLean

MCLEAN est né pendant l’âge du trillium vert dans une mine abandonnée à Sudbury, un village situé à plusieurs verges du Québec. La mine vacante (un gouffre s’était ouvert jusqu’aux chaleurs de l’enfer pendant l’âge de lys) servait de domicile pour le jeune fils et son père. Ils étaient bien installés avec quelques lampes, un sofa-lit et un tapis persan d’un rouge profond et hypnotique. Parfois, le père s’absentait pour de longues périodes, mais il rapportait toujours des objets précieux après ses escapades comme un jeu de couteaux, une tondeuse ou une boîte en bambou sèche remplie de rayons lunaires. Un jour, il partit en disant « je vais rencontrer la brigade dix-sept ». Il ne revint pas.

L’enfant attendit son père sur le tapis persan, en flattant cette surface comme on flatte un animal empaillé. Les jours tombèrent en succession dans le néant et les lumières manufacturées avec des techniques d’obsolescence programmée s’éteignirent. Seul dans la noirceur, il développa une ouïe sensible et se mit à entendre les voix de ses ancêtres dans les corridors rocheux et humides. Une bonne fois, ces voix le guidèrent jusqu’à l’entrée d’une pièce où la même chanson se recyclait en perpétuité. Il dansa en l’imitant et chantant le refrain :

« Je reviendrai à Sudbury

Dans une coulée de slague Mahler

J’ai besoin de revoir l’hiver

Et le sourire de mes amis. »

Ceci lui donna finalement le courage de monter vers la surface, et il suivit les rayons lunaires d’une grande lune ensanglantée jusqu’à l’institut psychiatrique Mclean où il passa son adolescence comme l’assistant du jardinier André Paiement. Là, il devint grand ami avec la poète Sylvia Plath, le mathématicien John Nash et le musicien James Taylor qui lui donna sa première guitare. Il avait le don de la chanson et il apprit à composer des airs élyséens, hantés, n’ayant jamais oublié les voix de son enfance. Il reste convaincu qu’il n’a jamais rien créé, mais simplement tendu l’oreille vers ces conversations imaginaires. Elles y sont toujours, pour celles qui cherchent à les entendre.

mcleanlove.com/

Konflit

Konflit Dramatik est né à Sudbury en 1998. Fondé par Christian Berthiaume (piano, voix), le groupe traverse plusieurs phases, change de membres, de styles, passant du hip-hop au rock techno, puis à un genre de prog expérimental. Les fans sont cependant au rendez-vous et s’entassent dans les locaux de répétition du groupe. Squattant une ancienne morgue et un incinérateur désaffecté, le groupe est au centre de l’activité culturelle sudburoise, mais s’attire l’opprobre de la fragile scène franco-ontarienne. « On était rendus au point où tous les grands festivals en Ontario avaient décidé de nous mettre sur une blacklist. On dirait que le marché est tellement petit qu’il n’y a pas de place pour s’exprimer si tu ne chantes pas de chansons à répondre. Mais il y a d’autres personnes qui nous appuient à 100 %, c’est assez bizarre. Le problème, c’est que les gens qui gèrent tout ça sont un peu trop vieux, ils veulent un produit qui leur plaît à eux plutôt qu’aux jeunes », opine Berthiaume sans amertume.

(Le groupe Konflit DramatiK gagnant du Prix meilleur album et meilleur site Internet au Gala des Prix Trille Or 2009)
Éxilés à Montréal depuis l’été 2008, le groupe roule en bécane sur les ondes de MusiquePlus en chantant Je t’aime Québec, un poème de Patrice Desbiens. Christian explique qu’il s’agit d’une ode à la ville quadricentenaire: « Notre réalisateur, Stéphane Rancourt (batteur de Pascale Picard), habite dans la ville de Québec, où j’ai passé un an à fignoler le dernier album (éponyme), exactement pendant la période où Pascale devenait une vedette. J’ai passé beaucoup de temps là-bas, c’est pour ça qu’on a fait la chanson. »

Les orthodoxes critiqueront, mais la nouvelle tangente éclatée que prend le groupe saura sûrement charmer les très bilingues Montréalais: « On chante dans les deux langues, même si ça nous nuit un peu en Ontario français. C’est drôle, lorsqu’on débarque au Québec, le monde ne comprend pas pourquoi on voudrait chanter en français seulement!

Konflit Dramatik lance également un clip pour la chanson Tête de poisson en 2009 et qui a été très bien reçu par les publics québécois et franco-ontariens. Malgré les critiques, les murs et les langues, KD poursuit son petit bonhomme de chemin, se dit toujours « franco-ontarien » et brandit avec fierté ce que cette sous-culture produit de mieux.

konflit.bandcamp.com/

Abonnez-vous à l'infolettre de La Slague!

Abonnez-vous au Slagazine, le bulletin officiel du La Slague pour recevoir des primeurs, des événements à venir et des nouvelles de votre diffuseur de spectacles. Nous envoyons une à deux infolettres par mois.

  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.

Une évolution culturelle

La Slague a été créée dans les années soixante par le Centre des jeunes de Sudbury. Avec la renaissance de La Slague au Carrefour francophone, c’est une 3e génération de diffusion de saisons de spectacle de musique qui commence.